Prochaines Elections Présidentielles en 2021

Rapports sur le COVID-19 en Amérique Latine et la Caraïbe: No. 29 (In English, En Español)

2021 sera témoin de plusieurs elections présidentielles à travers toute la région depuis l’Amérique Centrale et les Caraïbes jusqu’à l’Amérique du Sud, à savoir: l’Equateur en février, le Pérou en avril, Sainte Lucie d’ici septembre et l’Haïti, le Nicaragua, le Chili et l’Honduras en novembre. Par ailleurs quatre territoires vont aussi élire leurs chefs du gouvernement cette année: le Curaçao en mars, les Îles Caïman en mai, Aruba en septembre et les Îles Turques-et-Caïques en début 2021. La large étendue géographique de ces importantes elections dans la région contraste avec une année 2020 sous le signe des elections présidentielles qui ont eu lieu dans les Caraïbes, sauf la Bolivie. Ces examples d’elections présidentielles tenues en 2020 serviront comme cadre à fin de faire face aux électeurs qui subissent encore des conséquences dévastatrices dûs à une pandémie qui s’acharne et les multiples restrictions et quarantaines.

Dans ce court rapport, je vais mentionne quelques défis, attentes et problématiques liés aux elections présidentielles en 2021 dans chacun de ces pays. Quelles sont les dynamiques politiques, économiques, de santé et sociales qui impactent ces processus politiques? Comment les gouvernements et les différentes agences électorales se préparent à fin d’assurer la participation et la confiance des électeurs dans le procès au même temps que la pandémie fait des ravages dans la région? Existent-ils d’autres changements ou attentes significatives sur le procès politique dans ces nouvelles circumstances?

Les territoires dans les Caraïbes

Bien qu’elles ne sont pas nommées en tant que elections présidentielles officiellement, au moins quatre territoires dans les Caraïbes auront des processus électoraux , y compris pour élire leurs chefs de gouvernement. Le 19 mars, le peuple de Curaçao tiendra des elections parlementaires. Les préparatifs pour enregistrer des électeurs potentiels et les protocoles pour les candidats ont déjà débuté sur l’île en suivant les gestes barrières et d’autres mesures sanitaires. Dans l’île voisine néerlandaise , Aruba tiendra elle aussi des elections parlementaires le septembre 2021. Dû à leurs forte dépendance sur le tourisme international, les deux îles ont été lourdement frappées par les conséquences les plus brutales et drastiques du COVID-19. En novembre 2020, le gouvernement central dans les Pays Bas a accepté de fournir une aide bien nécessaire aux deux îles en échange d’une série de réformes et une supervision plus directe de la part de La Haye. Malgré une réticence initiale, les îles n’étaient pas dans une position idéale à fin de pouvoir négocier, dû à la situation désespérée qu’elles traversent.

Dans les Caraïbes britanniques, les îles Caïman et les îles Turques-et-Caïques tiendront des elections parlementaires le 26 mai et tôt dans l’année 2021 respectivement. Les îles Caïman sont en train de se préparer pour leurs prochaines elections avec beaucoup d’anticipation. En raison des restrictions liées au COVID-19, les îles ont commencé leurs plans préparatifs avec le “mobile voting” qui comprend le fait de pouvoir aider les gens à voter n’importe où ils se trouvent et le pouvoir de voter tôt. En revanche, les elections aux îles Turques-et-Caïques étaient initialement prévues pour la fin de 2020. Cependant, elles sont été reportées pour les premiers mois du 2021 en raison de préoccupations concernant le COVID-19 et en dépit des appels de l’opposition pour plus de transparence. La constitution prévoit que les elections s’effectuent avant le 31 mars 2021.

7 février 2021: Equateur

Les premieres elections présidentielles de l’année dans la région débuteront en Equateur le 7 février. Malgré quelques hésitations initiales, Le Conseil National Electoral (Consejo Nacional Electoral, CNE en espagnol) a confirmé que la date pour les elections restera la même. Le profondément impopulaire président Lenín Moreno ne postulera pas en tant que candidat dans une election avec le plus grand nombre des candidats dans l’histoire démocratique du pays. Avant la pandémie, les manifestations contre les mesures d’austérité du gouvernement et la répression qui a suivi sont déjà devenus des enjeux majeurs pour les électeurs. Comme la plupart des économies dans la région, l’Equateur semble s’acheminer vers un avenir sombre avec des conséquences potentiellement catastrophiques. Malgré des mesures de confirment preventives, le pays s’est transformé en un des épicentres majeurs dans la région. La désinformation et la méfiance envers le processus politique ont une influence majeur dans le discours publique lié à la pandémie et les prochaines elections. En dépit du fait que le vote est obligatoire en Equateur, plus de 60% des électeurs disent ne pas avoir un désir d’y participer.

11 avril 2021: Pérou

Parmi toutes les elections qui se dérouleront cette année en Amérique Latine et les Caraïbes, les elections présidentielles du 2021 au Pérou sont les plus attendues dans la région et au niveau international. L’actuel président par intérim, Francisco Sagasti est le troisième chef d’état que le pays ait vu dans quelques jours. Le 9 novembre et après presque trois années à la tête du pays, Martín Vizcarra a été destitué avec l’article 113(2) de la constitution, chargé “d’incapacité morale permanente” et enlevé de son poste. Immédiatement après la destitution de Vizcarra, le président du congrès péruvien à l’époque, Manuel Merino a été désigné comme le président du Pérou le lendemain, 10 novembre. Toutefois, Merino n’est resté que cinq jours à la tête du gouvernement suite à une série des accusations de coup politique contre Vizcarra, protestations de la part de la communauté internationale et des manifestations nationales massives qui ont fini avec la mort des plusieurs personnes. À la suite d’un des chapitres les plus mortels du COVID-19 dans le monde, le congrès péruvien a voté dans un délai d’à peine 24 heures pour certifier Francisco Sagasti, un candidat de consensus, en tant que président par intérim jusqu’aux prochaines elections présidentielles le 11 avril. En raison de son histoire mouvementée, la méfiance du public vis-à-vis le gouvernement et la gestion de la pandémie auront sûrement un impact sur la participation des électeurs malgré l’annonce du gouvernement par intérim sur les protocoles sanitaires strictes.

Septembre 2021: Saint Lucie

La constitution de Sainte Lucie prévoit que le gouvernement effectue des elections avant septembre 2020. Toutefois, il n’y a pas de date officielle pour l’instant (Dic. 2020), malgré les appels de l’opposition à les convoquer pour la fin de l’année. Les partis politiques ont déjà débuté leurs préparatifs, désignant des candidats et en créant des campagnes présidentielles en prévision. Malgré les cas relativement faibles de COVID-19 sur l’île, les autorités électorales à Sainte Lucie sont en état d’alerte maximale face au besoin de renforcer les nécessaires protocoles sanitaires à fin d’assurer la protection de tous les électeurs et le procès démocratique. Les elections présidentielles du 2020 d’autres pays du Caraïbe, à savoir la Guyane (mars), Saint Christophe et Niévès (juin), Trinité et Tobago (août) et Saint Vincent et les Grenadines (décembre) à fin de nommer quelque-uns qui vont impacter le procès électoral, la couverture médiatique et l’intérêt du public à Sainte Lucie.

Novembre 2021: Haïti

Le président haïtien actuel, Jovenel Moïse gouverne le pays par décrets depuis janvier 2020, puisque le parlement est hors session. Les termes de deux tiers de la Chambre des Députés et le Sénat ont expiré plusieurs mois avant que la pandémie ne frappe la pays en mars. Malgré les appels internationaux à former un gouvernement transitoire, le président Moïse a exprimé à maintes reprises son intention de rester au pouvoir jusqu’en février 2022 et de convoquer au moins trois elections différents pendant l’année 2021: législatives, référendum sue une nouvelle constitution et présidentielles. Les leaders de l’opposition ont exprimé leur désir de convoquer aux elections le tôt possible et limiter le pouvoir de Moïse jusqu’en février 2021. Des manifestations dans la rue ont accablé le pays pendant les incertitudes politiques augmentent et le COVID-19 anéantit les dernières espoirs d’une économie déjà dévastée.

7 novembre 2021: Nicaragua

Le président Daniel Ortega participera dans le prochain scrutin présidentiel le 7 novembre à fin de gagner son quatrième mandat consécutif. Depuis la certification des dates officielles en juillet 2020, le procès a été accablé par des controverses après la répression des opposants politiques et un déni absolu face au COVID-19. En décembre 2020, le parlement nicaraguayen a approuvé une nouvelle loi qui interdira la participation des candidates supposés être pour des sanctions internationales contre le pays. L’opposition déplore une nouvelle tactique de répression à fin de faire taire leurs voix. La communauté internationale a exprimé ses préoccupations par rapport aux mesures et protocoles nécessaires pour assurer une participation libre et égalitaire pour tous les électeurs sans des reformes significatives à l’actuel système electoral. Le gouvernement a complètement dénié toute réponse à la crise du COVID-19 dans le pays et il a aussi interdit à n’importe quelle organization ou individu de tenter d’y remédier. Des organizations dans la société civile, comme le Observatorio Ciudadano, risquent leurs vies au même temps qu’ils essayent de fournir des informations précises sur le COVID-19 dans le pays et créer une sensibilisation des protocoles sanitaires parmi la population nicaraguayenne.

21 novembre 2021: Chili

Il y a peine deux mois, le Chili votait dans un plebiscite national à fin d’approver la rédaction d’une nouvelle constitution. Les prochaines elections présidentielles du 2021 seront une parmi plusieurs processus électoraux qui se tiendra dans le pays concernant les prochaines étapes dans le plebiscite et des elections locales. Une année politique si active fera face à une pandémie dévastatrice et la malaise sociale qui persiste. En dépit des défis conséquents, des partis politiques et candidats ont déjà débuté leurs campagnes respectives à travers tout le pays. Les taux d’approbation de plus en plus bas de l’actuel président Sebastián Piñera et les disputes sur la meilleure manière d’aider les chiliens économiquement ont donné à l’opposition un cadre depuis lequel demander des elections présidentielles plus tôt. Piñera a critiqué le projet et il a appelé aux législateurs à “respecter les règles du jeu.” Les expectatives et l’impact de ce scrutin au Chili aura des conséquences de grande portée dans toute la région.

28 novembre 2021: Honduras

En Honduras, l’année électorale débutera avec des primaires le 14 mars malgré des multiples appels à des réformes electorales. Après une certaine speculation, l’actuel président Juan Orlando Hernández a confirmé et réitéré qu’il ne cherchera pas un troisième mandat dans le prochain scrutin. En dépit de l’interdiction dans la constitution du 1982, Hernández a précédemment cherché un deuxième terme dans les elections présidentielles du 2017 grâce à une décision de la Cour Supreme en 2015. À la fin, il a gagné ces dernières elections présidentielles sous la promesse des réformes politiques et économiques. Des multiples accusations et scandales de corruption ont secoué le gouvernement pendant que des manifestations se propageaient dans la rue avant l’arrivée du COVID-19 dans le pays le 10 mars. Les conséquences à la fois économiques et sociales ont été sentis à travers tout le pays immédiatement et continuent jusqu’aujourd’hui. La saison des ouragans la plus active jamais enregistrée a fait subir en Honduras deux ouragans dans une période de mois de deux semaines et a exacerbé l’impact des multiples crises, spécialement l’insécurité alimentaire, le chômage sévère et la disparition totale des moyens d’existence pour les plus démunis.

Par Marcelo Rodríguez

Leave a Reply

%d bloggers like this: